Fiche n°4 : Lire la Bible au culte

Quel intitulé bizarre… Comme si on ne lisait pas toujours la Bible au culte ! Mais en fait, qu’en est-il ?

Certes, la lecture biblique et la prédication sont centrales dans le culte protestant. Mais bien souvent, ces deux éléments sont du domaine du pasteur ou du prédicateur qui préside le culte. Se pose alors la question : est-ce possible d’imaginer un culte où la lecture biblique et l’annonce de l’Evangile sont confiées davantage à l’assemblée ? Et si oui, qu’est-ce que cela change ?

Dans différentes paroisses, cette lecture individuelle et communautaire de la Bible au culte a été déjà expérimentée. De quoi s’agit-il ? Voici quelques réponses : 

Le culte reste globalement dans sa forme habituelle quant au déroulement et contenu liturgique : Accueil, Louange, cantiques choisies, éventuellement spontanés.

C’est surtout le moment de la lecture biblique et de la prédication qui est repensé pour devenir un lieu de lecture, de découverte, de prise de parole partagé par l’assemblée présente. Ainsi, l’assemblée assiste au culte non seulement par l’écoute et le chant, mais de manière plus active, individuellement et communautairement.

A partir de ce centre (lecture biblique et découvertes qui en résultent), certains éléments de la liturgie peuvent bien sûr aussi être repensés de manière plus interactive. Pour utiliser une image, ce centre « revisiterait » plus ou moins fortement tout le déroulement de la liturgie.

L’habituel « vis-à-vis » entre pasteur/prédicateur et assemblée est remplacé par une co-élaboration où celle ou celui qui a préparé le culte a surtout un rôle de facilitateur et d’accompagnateur. C’est le texte biblique qui est au centre et c’est sa lecture et sa découverte qui instaurent des liens entre les membres de l’assemblée.

Le déroulement d’un tel culte pourrait être le suivant :

Ouverture

Accueil

Louange

Chant

Loi/confession du péché/pardon

 

Prière d’illumination

Lecture du texte biblique

Découverte et appropriation individuelle et commune du texte

Expression d’une parole reçue pour aujourd’hui

Chant

Prière les uns pour les autres et Notre-Père

Chant

Exhortation et Bénédiction

Quelques remarques par rapport aux différents moments liturgiques :

Ouverture : un moment important où celle ou celui qui « préside » (en fait, ce n’est pas tant une « présidence » qu’un accompagnement…) explique en quelques mots le dispositif nouveau afin de mettre en confiance l’assemblée qui vit ce culte pour la première fois. Il est nécessaire de redire notamment que le partage est pensé sans contrainte et sans obligation de prendre la parole.

 

Accueil : moment de rappeler l’accueil de chacun par Dieu, et l’accueil mutuel entre les membres qui forment l’assemblée. Cet accueil mutuel peut être signifié concrètement par un moment d’animation.

 

Louange : un texte de louange, en lien avec le texte biblique lu plus tard, on peut confier cette lecture à un membre de l’assemblée.

 

 

Loi/confession du péché/pardon : cet élément liturgique peut rester tel quel (il faudra alors « l’habiter » de telle manière qu’il puisse faire écho au texte choisi) ou bien il entre comme un élément de l’animation biblique plus tard. Face à ce que je découvre individuellement et ensemble dans le texte biblique, je revisite ma vie, mes relations et je découvre une parole qui m’accueille.

 

Lecture du texte biblique : il s’agit d’une première lecture à haute voix suite à laquelle on peut susciter une première réaction de l’assemblée : qu’est-ce que les uns et les autres ont entendu ? Un mot, une expression, une image qui leur est venue à l’écoute du texte.

 

Découverte et appropriation individuelle et commune du texte : selon le texte choisi, celui qui anime a élaboré une animation qui favorise à la fois la lecture individuelle (prévoir le texte en copie), et l’échange avec une ou deux autres personnes.

 

Expression d’une parole reçue pour aujourd’hui : suite à l’animation biblique, le texte « s’est mis à parler » pour les uns et les autres, forcément différemment selon les uns et les autres. Ce moment réservé habituellement à la prédication, à savoir à l’annonce de l’Evangile, peut alors être confié à l’assemblée : une sorte de « bouquet de bonnes nouvelles » découvertes dans l’écoute individuelle, dans l’échange avec les autres, à travers la réflexion partagée peut être recueilli. Les modalités varient en fonction de la taille de l’assemblée et la confiance qui a pu s’installer : écriture de cette parole, partage auprès de son voisin, expression à haute voix dans l’assemblée.

 

Prière les uns pour les autres : la prière jaillit naturellement du moment précédent. Elle peut être introduit par celui qui conduit le culte, inviter à une expression à haute voix, permettre d’écrire une intention, laisser un espace de silence avant de terminer tous ensemble avec le Notre-Père.

 

Exhortation et Bénédiction : l’exhortation peut s’appuyer sur les paroles exprimées par les membres de l’assemblée, mais aussi, plus largement à poursuivre cette expérience de découverte des textes bibliques de manière communautaire.

 

Les chants sont importants pour rythmer le déroulement liturgique et pour donner un cadre à la célébration.

 

Quelques réactions face à ce genre de célébration :

  • « Etonnée de moi-même d’avoir pu dire quelque chose alors que je suis nouvelle et que je ne connaissais même pas mon voisin de banc »
  • « Je pensais que ce genre de culte était réservé aux jeunes, mais là, on était que des vieux, et on a découvert plein de choses ! »
  • « Je crois qu’on se souviendra longtemps de ce texte biblique, d’habitude, on l’a presque oublié quand on sort du temple »
  • « Le texte était très court, mais qu’est-ce que ça nous a inspiré ! »
  • « C’est comme si, ensemble, on comprenait mieux ! »
  • « J’ai pu dire une question qui me taraude depuis un moment, et tout le monde a écouté. »

 

Fiche proposée Katharina Schächl, pasteure et responsable du service Théovie