Panier

« Aujourd’hui, comment partager l’Évangile ?

Télécharger en .pdf

Réflexions partagées lors du we des équipes régionales de catéchèse, juin 2014

Alors que dans les groupes d’enfants et d’adolescents se croisent des enfants sans arrière-plan chrétiens, des parents intéressés, mais découvrant juste l’Évangile, des enfants issus de familles engagées… Comment mieux articuler catéchèse et évangélisation ? Pour prendre de la hauteur et permettre à chacun de réfléchir à sa pratique, voici un outil élaboré par Pascal Geoffroy, notre intervenant lors du dernier week-end des équipes régionales de catéchèse.
Cette grille ne prétend pas édicter la vérité de ce qu’il faut faire, mais, en donnant des définitions de la catéchèse et de l’évangélisation, aider chaque équipe catéchétique à analyser ce qu’elle fait, à l’interroger sur les personnes à qui elle cherche à s’adresser, afin de clarifier ses objectifs. Se poser ces questions, lui permettra de mieux prendre en compte où elle se situe afin par la suite d’adapter ce qu’elle propose à la situation dans laquelle elle se trouve. »

Luc-Olivier Bosset, membre du service national de catéchèse

Les activités enfance et jeunesse d’une paroisse
Devant le constat qu’en catéchèse, la proportion des enfants n’ayant eu aucun contact avec l’Evangile augmente, et que souvent les parents eux-mêmes ne sont pas « évangélisés », les responsables du Service national de catéchèse de l’Eglise Protestante Unie m’ont invité en juin 2014 à réfléchir avec les responsables catéchétiques des régions sur le thème : comment articuler la catéchèse « classique » à l’évangélisation de l’enfance et de l’adolescence ? A l’occasion de ce week-end, j’ai préparé un document qui tente de clarifier les concepts, les pratiques et les contenus proposés dans les paroisses.
En proposant trois dynamiques possibles (la pré-évangélisation, l’évangélisation et la catéchèse), mon voeu est de mettre en évidence avec autant de précisions que possible, des dynamiques spécifiques et qui sont souvent confondues sous un mot générique : la catéchèse.

Précisions de vocabulaire

Pré-évangéliser, c’est établir un contact d’une manière positive et constructive avec des enfants, des jeunes ou des adultes qui ne connaissent pas la Bible, ni la foi et n’ont aucun vécu avec une église. C’est une première sensibilisation pour éveiller la curiosité et l’intérêt des personnes à la spiritualité et à l’Evangile.

Il y a évangélisation quand quelqu’un découvre que le contenu de la foi chrétienne (l’amour de Dieu, l’offre de pardon, la réconciliation…) est aussi pour lui et que le Dieu que Jésus Christ révèle comme Père, devient pour lui personnellement une source de paix, de pardon, de vie. Cette personne a envie d’aller plus loin dans ce vécu de foi et dans la connaissance de Dieu.

La catéchèse est un approfondissement concret de la foi. Elle consiste à mettre en forme de manière aussi intelligente et cohérente que possible le vécu de la foi à partir de la Bible. La catéchèse s’inscrit nécessairement dans un vécu communautaire, elle a les sacrements comme piliers. Elle forme des disciples responsables.

La pré-évangélisation est première sensibilisation à la foi. L’évangélisation est une invitation à adhérer à la foi chrétienne. La catéchèse est une formation continue. 

Une manière d’analyser ce que nous faisons et voulons faire en « catéchèse ». Ces dynamiques sont en fait, des réalités différentes. Ne pas les distinguer clairement, c’est se donner des objectifs qui seront forcément peu clairs et de ce fait qui ne pourront pas être atteints. La grille proposée ci-dessous veut aider les paroisses à analyser réellement ce qu’elles mettent en place afin de bien repérer ce qu’elles font déjà et du même coup bien identifier ce qui n’est pas encore fait, mais qui pourra l’être dans le cadre de partenariats. Une paroisse pourra rarement à elle seule développer les trois dynamiques et c’est sans doute mieux ainsi. En développant avec plus de précision et de rigueur, un axe qui est à sa portée, voire un deuxième, une église locale saura mieux mobiliser des personnes et des donateurs sur des projets ciblés. Elle pourra aussi, sans se sentir déposséder de sa responsabilité auprès des jeunes, entrer dans une démarche adulte de coopération avec d’autres églises des environs. Par exemple, on peut tout à fait imaginer qu’une paroisse puisse catéchiser des enfants, des adolescents des jeunes et des adultes. Pour des actions d’évangélisation et de préévangélisation, elle trouvera plus commode de le faire avec d’autres paroisses de la même dénomination ou d’autres églises locales d’autres dénominations. On peut aussi imaginer le cas inverse : une paroisse pourra mette en place des activités de sensibilisation (préévangélisation et évangélisation) auprès des enfants. Elle le fera avec tout son zèle, et pour la catéchèse, elle se rapprochera d’autres églises.

La présente grille de réflexion a comme but d’aider les paroisses à se donner une méthode constructive, en éradiquant les morosités persistantes et les sentiments d’impuissance. Il ne faut jamais déposséder une église locale de sa responsabilité dans le domaine de l’initiation et de la transmission de la foi, mais il importe au contraire de l’aider à prendre pleinement la part qui est la sienne. Cette approche suppose très nettement que l’on ne peut catéchiser dans le sens précis de ce terme, des enfants qui n’ont pas été « évangélisés », et on peut difficilement « évangéliser » des enfants quand la beauté et la valeur de certaines réalités humaines n’ont pas été installées. En se concentrant sur une dynamique présentée ci-dessous, voire une deuxième, les églises locales pourront s’investir davantage dans la préparation et dans le travail de suite, tous deux souvent négligés.

Même si ces trois dynamiques sont reliées ensemble, elles se développent chacune selon des logiques propres avec des objectifs et des moyens différents.

    Dynamique 1 Dynamique 2 Dynamique 3
         
Mise en place   Pré-évangélisation évangélisation catéchèse
         
Image gustative   sentir goûter Se nourrir
         
Visée   Valeurs (1) Vécu (2) Transmission (3)
         
Contexte   Événements/scouts… (4) Scouts/précatéchèse (5) Culte de l’église (6)
         
Partenariats possibles   – Les autres dénominations
– la mairie et les associations
– Le secteur/consistoire
– les autres dénominations
– les mouvements
 Le secteur/consistoire
         
Défis    Impliquer les jeunes dans les activités (8) S’aligner sur les exigences de Jeunesse et Sports

– Impliquer les jeunes dans le culte communautaire

– Réformer la vie cultuelle

         
Lieux    La rue, salle de spectacle, les maisons  – locaux aux normes de Jeunesse et Sports  Locaux d’église

   
(1) Les valeurs : il s’agit de donner comme contenu des valeurs positives, consensuelles qui construisent l’humanité dans toutes les cultures et à toutes les époques. Le nom de Jésus ne sera pas prononcé mais seulement une référence à Dieu afin de ne pas heurter les enfants et les parents musulmans. On insistera par exemple sur : la joie ; le pardon, la solidarité, l’obéissance aux parents, la fiabilité, l’amitié, la confiance, etc.
(2) Il s’agit ici d’insister sur le vécu : le vécu du groupe, des aventures à vivre ensemble qui vont apporter les expériences fortes où l’on se découvre soi-même en même temps que les autres. Ce vécu forge le caractère, le goût et renforce les liens dans le groupe. La créativité artistique collective tiendra une place importante. La prière aussi comme moment privilégié de mise en relation avec Dieu avec une dimension esthétique forte.
(3) La visée de la catéchèse est de mettre la personne catéchisée en situation de découvrir qu’il est appelé à transmettre ce qu’il a reçu, c’est à dire d’en témoigner autour de lui, à des plus jeunes, à des pairs, à des plus anciens, même si c’est un enfant ou un jeune. Il apprend à devenir responsable de la transmission. On veillera à proposer aux jeunes catéchisés une mission dans les différentes dynamiques 1, 2 et 3 développées dans la paroisse ou le secteur.
(4) La dynamique 1 ne suppose pas nécessairement des activités suivies, mais plutôt la mise en place d’événements qui vont attirer des enfants et des adolescents comme des spectacles de contes, de musique, de grands jeux à l’échelle d’une ville ou d’un quartier. Autre exemple, une action ciblée de 4 semaines avant Noël ou Pâques dans la rue ou dans des familles avec les enfants du voisinage. On peut aussi imaginer des actions à l’occasion des vacances scolaires après les horaires du centre aéré, ou le WE.
(5) Ici l’activité sera la plus régulière possible (à un rythme réalisable). Le scoutisme peut être une aide puissante dans cette dynamique si localement, il accepte cette responsabilité comme il l’a fait si longtemps, puisqu’il s’enorgueillit avec juste raison d’avoir motivé et formé des centaines de jeunes à devenir missionnaires, pasteurs, responsables d’église. Dans le cas contraire, l’église pourra développer une activité analogue et parallèle.
(6) La catéchèse concerne tous les âges de la vie. La catéchèse s’adressera donc à toutes les générations de l’église simultanément d’une manière appropriée. Chacun sera édifié et contribuera à l’édification des autres. La catéchèse est une fonction de toute l’église qui vise à comprendre et à rendre compte de ce que l’on croit. Quel que soit son âge.
(7) L’AEE = l’Association pour l’Evangélisation des Enfants édite et diffuse du matériel, mais je veux surtout recommander ici la démarche de l’AEE qui est développée par les équipiers de cette Association : la réunion de groupes d’enfants, des groupes de proximité, les amis des enfants qui vont à l’école. Ces groupes de maison d’enfants se réunissent de 4 à 8 fois dans l’année, mais l’exigence en termes de préparation est maximale pour faire de ces moments des rencontres mémorables.
(8) l’implication des jeunes est très importante. Trop souvent, les enfants et les ados n’ont que des adultes pour leur parler de la foi et de la Bible. Or les jeunes écoutent d’autres jeunes. Il est fondamental d’aider les plus jeunes à prendre des responsabilités dans l’église en particulier auprès de leurs pairs. Les adultes et les personnes âgées doivent prendre une autre place que eux-seuls peuvent prendre : leur vécu, leur expérience, leur fragilité, leur disponibilité sont précieux pour les plus jeunes.